Une anthologie des films… « cultes » !

L’Eglise et quelques intellectuels roboratifs s’offusquent des romans de Dan Brown, ainsi que des films qui en sont tirés. Un peu comme si on ne savait pas faire la différence entre un document et un roman, entre un documentaire et une fiction. Les auteurs s’ingénient à vouloir faire des légendes des histoires passant pour vraies : c’est leur métier de chercher à nous mystifier. Et quand ça marche, c’est que c’est efficace. Franchement, croyez-vous vraiment que Brown s’est levé un matin en se disant : aujourd’hui, je parts en croisade contre l’Eglise !
Je fais référence à la fois à toute cette gnose conspirationiste qui n’a rien de scientifique, et à tous ces pseudo-intellectuels passéistes pour lesquels le rêve n’a pas lieu d’exister. Je suis comme ces millions de lecteurs et de spectateurs qui ont envie d’imaginer autre chose, de se dire : et si la vérité était ailleurs ? Cela ne m’empêche pas d’être critique, voire même de croire en Dieu. Et pourtant, on ne peut pas apporter plus de crédit aux histoires de Dan Brown qu’à l’existence de Dieu : l’écrivain existe là où Dieu Est.
Parce que je suis un romantique de l’Histoire, je me suis amusé à faire un medley de ces films cultes qui ont bercé toute ma vie et enflammé mon imagination.
Le flegme du légendaire Indiana Jones qui nous entraîne dans des péripéties où le mystérieux le dispute à l’extraordinaire.  Tour à tour sont exploités L’Arche d’Alliance, le Saint-Graal, le Crâne de cristal. Des histoires qui débutent dans une université mythique, une librairie poussiéreuse, l’antre d’un chercheur hirsute et oublié. Elles mettent en scène, outre le héros, des scientifiques, des historiens, des affairistes et des services secrets. De quoi nous tenir en haleine de bout en bout. De quoi nous faire rêver :
Il y a aussi les films qui reposent sur un univers qui me passionne, celui des livres. Il en va ainsi du livre empoisonneur de moines dans Le Nom de la Rose, qui est pour moi un chef d’oeuvre. Pour une fois je préfère même le film au livre ! Sans compter que Sean Connery est un de mes acteurs préférés. Le passage dans la bibliothèque perchée est un monceau d’anthologie que je ne me lasse pas de revoir. Dans la même veine (si j’ose dire !), j’ai aimé aussi La Neuvième Porte, même si j’aurais choisi Jack Nicholson au lieu de Johnny Depp. J’ai en effet un faible pour le diable des Sorcières d’Eastwick.
 
Et puisqu’on parle de diable, j’ai par contre moins aimé Constantine. Le trop est aussi mauvais que le pas assez. Pourtant, tout y est : un objet maléfique, une femme à sauver, des effets spéciaux en pagaille… Bof ! Ce n’est pas comme dans The Fountain, où sont flatés mes rêves de preux chevalier et d’éternité. Quoique, vous finiriez par vous lasser de me lire éternellement…
 
Et vous, quels sont vos films cultes faisant référence à des thrillers et/ou au fantastique ?
 
 
 
Publicités
Une anthologie des films… « cultes » !