Le Roman

Un Risque calculé, de Katherine Neville

Verity Banks dirige le département sécurité de la plus grande banque américaine. Elle est ambitieuse mais son supérieur lui casse les reins chaque fois qu’elle essaie de gravir les échelons. Pour se faire remarquer, elle imagine un détournement d’argent qui démontrerait à la face du monde qu’il n’existe aucun système informatique infaillible.

Neville nous décrit à merveille le monde de la finance et j’ai trouvé ce roman terriblement d’actualité. Cela fait froid dans le dos d’imaginer que les transactions sont aussi peu sécurisées qu’une simple ligne téléphonique pour converser. Une plongée dans le monde de la banque donc, mais aussi des « tekos », ces informaticiens qui sont intellectuellement plus proche de leurs machines que du reste de leurs congénères. L’auteur dresse un portrait de la haute sphère économique, avec ses clubs privés et exclusivement masculins, ses codes initiatiques, sa technocratie, qui n’est même pas respectée, et qui va permettre à Banks de trouver une faille.

J’ai adoré l’héroïne de ce roman. Cette fille, qui ne boit que du Pouilly-Fuissé, ne peut être qu’agréable, même si elle nous fait l’affront de sabrer le vin dans la glace. Sa réplique préférée :

– T’es-tu jamais demandée, Pearl, pourquoi les banques ont autant de cadres moyens bien élevés, hautement qualifiés, honnêtes et sous-payés, quand au plus haut échelon, foisonnent des personnages ignares, rapaces, grossiers, rustres, snobs, satisfaits d’eux-mêmes et soucieux de leur propre bien-être ?
– OK, je ne vois pas.
– C’est parce que la merde surnage.

Au-delà de ce road-movie financier haletant, où se mêlent compétition et histoire d’amour, c’est une charge à boulet rouge contre cette aristocratie qui dirige notre économie. Une sorte de cryptogouvernement, de mafia, où le népotisme le dispute à la dégénérescence intellectuelle. Cette élite qui nous a envoyé dans le mur…

2 réflexions au sujet de « Un Risque calculé, de Katherine Neville »

  1. J’avais adoré « Le huit » du même auteur et pas aimé du tout « Le cercle magique ».Je prendrai peut être le risque de le lire…pour voir😉

    J'aime

  2. Le souci du Cercle Magique, c’est qu’il met un temps fou à démarrer. Je l’ai lu il y a longtemps, en deux fois, du coup je ne me souviens plus de l’intrigue. Une histoire d’héritage mystérieux avec un frangin qui dissimule sa mort, etc…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s