Culture et (dé)confiture

Et si les bibliothèques pouvaient bénéficier des blogueurs littéraires ?

C’est en lisant un article dans le Monde interactif du 1er janvier que m’est venue cette idée, qui a sans doute traversé l’esprit de nombre d’entre vous, mais qui n’a jamais été testée à grande échelle : pourquoi les bibliothèques n’intégreraient-elles pas les productions des blogueurs ? En effet, tenir un site de bibliothèque représente une masse importante de travail. Si l’on s’en tient uniquement à recopier les fiches des éditeurs, c’est déjà un travail lourd et qui n’apporte aucune valeur ajoutée. D’où l’intérêt qui consiste à bénéficier des connaissances souvent pointues des blogueurs. Notamment ceux qui sont passionnés de musique, BD et littérature. Afin de les motiver, il est nécessaire d’instituer des liens retour, le site de la bibliothèque devenant ainsi le centre de l’échange. Autre avantage : les blogueurs deviendraient des sentinelles avancées dans le choix des nouveautés. Ils en seraient à la fois les prescripteurs et les annonceurs. Je pense que ce genre d’échange ferait passer les sites de bibliothèque d’un état statique et informel, à un état dynamique et promotionnel.

Par ailleurs, les blogueurs se sentiraient une âme de défenseur de leur bibliothèque, annonçant les évènements de façon plus volontaire, défendant la culture de façon pratique et affichée. Je pense qu’il faut creuser cette idée et faire un test dans une ville assez grande.

L’article du Monde en question faisait état d’une expérience du même type et qui n’impliquait pas automatiquement la blogosphère. D’illustres inconnus confient à la bibliothèque d’Ambérieu en Bugey qui les archive, leurs écrits. Cela va plus loin que le simple commentaire de livre ou de CD, mais évoque ce lien sentimental qui lie bibliothèque et usagers.

Le côté sentimental du projet : c’est cette dimension qui lui permettrait de trouver toute sa place au milieu des autres systèmes d’archivage que sont Biblio, Dailymotion, Youtube, LastFm, etc.

Qu’en pensez-vous ?

5 réflexions au sujet de « Et si les bibliothèques pouvaient bénéficier des blogueurs littéraires ? »

  1. Certains professionnels de bibliothèques réfléchissent déjà à ce genre de mise en commun d’informations, via des plate-formes comme Babelio ou autres. En tout cas, l’idée est de ne pas se contenter du résumé fourni avec la notice bibliographique du document.D’autre part, de nombreux logiciels et sites de médiathèques permettent aujourd’hui aux visiteurs de donner un avis sur tel ou tel document, qui sera conservé (après modération) au même titre que le résumé et autres descriptions du livre (ou CD, ou film…).Quant aux blogueurs comme « sentinelles avancées dans le choix des nouveautés », comme « prescipteurs et annonceurs », je pense personnellement que c’est une fausse bonne idée : l’acquisition de livres n’obéit pas seulement aux goûts personnels (qui peuvent s’avérer très différents)mais SURTOUT à une politique documentaire, la gestion et les choix budgétaires, la connaissance des publics…Les bibliothécaires sont dans leur grande majorité opposés à ce type de comités de lecture, non pas par corporatisme (ou juste un peu, si vous voulez, il n’y a d’ailleurs aucune raison pour qu’ils échappent à ce genre de travers…)mais parce que ça mène à un… joyeux bordel !En un mot, la démocratie participative a ses limites !😉

    J'aime

  2. Merci Mercure et JeanJean pour votre contribution ! Oui, j’ai constaté que de plus en plus nombreuses sont les médiathèques qui autorisent les internautes à mettre leur opinion sur les livres empruntés. Cela créé un surcroît de travail qui pourrait être l’occasion de créer un emploi dédié, car je pense qu’à terme cela produirait un flux supplémentaire, ou consolidé. Il faut faire un test.Quant à la prescription, c’est bien entendu la bib qui propose et le blogueur qui met en avant sur son blog. Et non l’inverse, car ça deviendrai non seulement le b… mais produirait aussi un système de clientélisme qui n’a pas sa place dans le domaine culturel. A charge, éventuellement, pour l’emploi dédié, de sonder les blogs littéraires. Mais c’est bien le bibliothécaire qui reste le décideur en dernier ressort.Je crois qu’il y a là un terrain d’aventure qu’il faut explorer, le monde des bibliothèques devant trouver un bénéfice au phénomène blogs « littéraires ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s