Enquêtes / Documents / Essais / Réflexions

La pile à lire !

Présentation par l’éditeur

Ce manuel original enseigne les techniques les plus efficaces pour écrire un thriller, c’est-à-dire toute histoire susceptible de faire frissonner les lecteurs. Il constitue un guide optimal dans le choix du thème de départ, et indispensable pour la phase de recherches et le classement des données, l’étude et la création des personnages, le développement de la trame, et enfin la révision de l’oeuvre complète.

Il montre également la façon d’éviter les erreurs les plus courantes, de dépasser les fameux « blocages de l’écrivain », et de trouver un agent ou un éditeur, disposé à couronner le résultat de tant d’efforts. Des informations sur le monde de l’édition et des plans concis, viennent s’ajouter à de judicieux conseils concernant la variété des contrats, en cas de publication.

Présentation de l’éditeur

Nos enfants font quotidiennement les frais de l’incapacité de l’Education nationale à préserver une flamme essentielle : le désir d’apprendre. Au collège, les programmes souvent pléthoriques, incohérents et incompréhensibles sont dénoncés depuis vingt ans, mais rien n’y fait : le  » mammouth  » ne bouge pas d’un cil. Les enseignants – quels que soient leur bonne volonté et leur professionnalisme – sont prisonniers des textes officiels. Les manuels scolaires sont le meilleur témoin de ce naufrage collectif. Obligés de coller aux programmes, ils en dévoilent toutes les absurdités et incohérences. Comment un triangle peut-il être mou ? Pourquoi un complément d’objet second peut-il être premier ? Pourquoi le mot  » hypothèse  » a-t-il trois définitions différentes en fonction des matières ? Les auteurs ont passé au crible les manuels scolaires et les programmes du collège en relevant l’absurdité, la complexité, les approximations qui vont accompagner nos enfants pendant toute leur scolarité. Un livre indispensable pour dénoncer le scandale qui, chaque année, met en jeu l’avenir de nos enfants, dans l’espoir que cela change.

Présentation de Yves Fraillont

Itinéraire d’une enfant gâtée par sa passion : le journalisme. Dans les entretiens qu’elle a accordés à la journaliste Martine de Rabaudy, Françoise Giroud se raconte, tout en nous retraçant cinquante années au service du journalisme, « là où bat le cœeur du monde », comme se plaît à le définir celle qui fut aussi ministre de Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1977 (secrétaire d’État à la Condition féminine puis à la Culture).
Défile ainsi toute une galerie de portraits des pionniers du journalisme à la française : Pierre Lazareff et sa femme Hélène, respectivement à la tête du groupe France Soir et de Elle ; Jean-Jacques Servan-Schreiber, avec qui elle fonde L’Express en 1953. Apparaissent également les figures légendaires de ce fameux hebdomadaire : Mendès France, Malraux, Sartre, Camus, Mauriac…
Au-delà de son aspect biographique, c’est la méthode Giroud qui apparaît en filigrane de Profession journaliste : écrire court, de manière percutante, tout en catalysant les énergies créatrices autour d’un projet fort. Un regard certes nostalgique, mais sans complaisance sur un parcours professionnel et humain qui force le respect.

Présentation de l’éditeur

La guerre civile est une « passion » nationale. Véritable moteur de notre histoire et façon très particulière d’accomplir les « ruptures », elle s’opère autant dans le sang, les déchirures que les mises en scène de la refondation. Des jacqueries aux guerres de Religion, des Frondes politiques et sociales aux fractures de la révolution, des espérances foudroyées de 1848 ou de la Commune jusqu’à la renaissance de 1945, Jacques Marseille décrypte les enjeux de ces guerres civiles. Il nous fait ainsi comprendre celle qui, larvée, se déroule sous nos yeux et en apercevoir les probables issues. Nul doute que cette « leçon » magistrale d’histoire les y aidera.

Présentation de l’éditeur

L’aventure avec un grand A et dans tous les sens du terme : glorieuse, désespérée, sordide ou ambitieuse. Spartacus, l’esclave révolté, qui brise ses chaînes et menace un instant Rome toute puissante, choisit de vivre dangereusement. Gilles de Rais, maréchal de France à vingt-cinq ans et compagnon de Jeanne d’Arc, perd sa vie sur l’échafaud. Stenka Razine, le cosaque révolté, est écartelé. Cependant, Jeanne de Clisson, qui par désespoir d’amour écume les mers avec une incroyable férocité et tient tête au roi Philippe VI de France, rend paisiblement son dernier soupir dans son lit, au même titre que le duc de Guise au royal château de Blois ou le brave Bussy d’Amboise dans un manoir angevin. Quant à la fidélité fanatique d’un Cadoudal, elle élève l’Aventure à ses plus hauts sommets tandis qu’elle sombre avec la Brinvilliers et Jeanne de La Motte-Valois. Les Aventuriers possèdent en leur cœur, peut-être plus que les autres mortels, la violence des passions humaines. Leurs fantômes, sobrement évoqués, malgré le sang et les larmes – ou peut-être à cause d’eux – émettent une bouleversante lumière que les siècles n’ont pas affaiblie et que Juliette Benzoni avec ses talents de conteuse sait si bien recréer.

Présentation de l’auteur

 » Cet essai se propose de montrer comment, en fonction des pressions financières et politiques ou des modes du moment, les systèmes économiques et politiques cultivent leur propre version de la vérité. Un version qui n’entretient aucune relation nécessaire avec le réel « . J. K. Galbraith. Né en 1908, John Kenneth Galbraith est un économiste américain célèbre dans le monde entier. Il s’est attaché à décrire l’avenir des sociétés industrielles. On lui doit entre autres, Le capitalisme américain (1958) L’Ere de l’opulence (1961) et Le Nouvel Etat industriel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s